Connaissez-vous votre profil d’entrepreneur ?

Par Franck GIL – 28/02/2019

C’est décidé. Vous allez tout plaquer pour créer votre boite. Dix ans que vous bossez à vendre tout un tas de truc plus ou moins intelligents, plus ou moins utiles et plus ou moins cher. Et la motivation n’y est plus. Envie de changer d’air, marre d’un quotidien auquel vous ne trouvez plus de sens.

  • Terminées les réunions hebdomadaires qui mènent nulle part.
  • Exit les entretiens annuels et leurs objectifs façon Everest.
  • Finis les lundis de reprise qui donnent envie de retourner siroter un mojito.

Vraiment fini tout ça ? Pas si sûr. Parce qu’il y aura parfois des réunions avec vos clients, vos partenaires, vos co-traitants. Parce que vous vous fixerez des objectifs à dépasser. Et bien sûr parce que vous connaîtrez aussi des lundis sans pèche. Ce qui va changer par contre, c’est la raison pour laquelle vous allez subir tout ça. Parce que maintenant, c’est vous qui décidez.

Mais savez-vous vraiment ce qui va motiver vos prochaines décisions ? Voici un début de réponse : tout dépendra de votre profil d’entrepreneur.e !

L’entrepreneur expert, je créé parce que je sais !

C’est le profil le plus répandu parmi les créateurs. Presque un sur deux. Parce que nous apprenons par mimétisme et nous imitons ce que nous voyons. Ainsi, nous devenons plus performants.

Parmi ceux qui souhaitent créer leur entreprise, une grande partie va donc s’appuyer sur ce qu’ils ont testé, expérimenté, validé. C’est l’avantage du profil-expert. Il construit son projet sur des bases solides et vérifiées.

En conséquence, il a donc une forte légitimité à proposer ses services. En effet, les clients vont lui faire confiance plus facilement. Cette crédibilité doit lui permettre de développer son activité avec plus de facilité.

Mais en fait, ce n’est pas là son problème. Car le gros point faible du profil-expert, c’est la peur de ne pas en savoir assez pour se lancer. Il y a toujours un nouveau sujet, une nouvelle technique qui pourrait lui permettre d’être encore « plus » expert.

Paradoxalement aux yeux des autres, sa crédibilité n’est plus à prouver. Mais pas aux siens. Finalement, il est toujours en quête d’une légitimité qu’il se refuse. Et cela impacte directement les décisions qu’il doit prendre. Faire un choix devient très compliqué.

A ceux qui disent « choisir c’est renoncer », je réponds « choisir, c’est avancer ». 

L’entrepeneur militant, je créé parce que je crois !

En deuxième position, on trouve le profil-militant. C’est avant tout une histoire de convictions, de valeurs, d’engagement. La création d’entreprise n’est pas le but mais le moyen de parvenir à une cause plus grande, plus noble.

L’entrepreneur en est l’artisan, le messager. Avec ce positionnement, le profil-militant attire le monde à lui, mais aussi les idées et parfois l’argent. Sa force de conviction lui donne l’énergie et la combativité pour déplacer des montagnes.

Il possède également une capacité d’attraction et séduit facilement son public. C’est souvent un communicant, un orateur. Parce qu’il parle avec son cœur, sa parole touche ceux qui l’écoutent.

Mais le profil-militant est totalement obnubilé par sa mission. Mission qui le dépasse, qui est plus importante que lui. Plus importante aussi que les ressources dont elle pourrait avoir besoin. La cause est si importante, si juste que les remarques, les réflexions, les censures ne sont pas les bienvenues. Ainsi, il n’y a pas beaucoup de place pour le compromis et la concession.

Par exemple, remettre en cause la viabilité économique ou un autre aspect du projet, c’est refuser ce pourquoi le militant se bat. Pour lui, c’est même aller jusqu’à douter de ses valeurs et de ses croyances. Tout prend des proportions extraordinaires.

Les décisions sont donc prises de façon unilatérale et sous le coup de la passion. La raison intervient, mais après, comme pour rationaliser ce qui ne l’était pas forcément au début.

L’entrepreneur créatif, je créé parce que j’aime ça !

Pour le profil créatif, ce n’est pas l’entreprise qui est motivante, mais le processus de création. Partir de rien ou d’une vague idée pour en faire un projet et un business. C’est l’attrait de la nouveauté, de la terre inexplorée à découvrir, du sans limite aussi.

Car en défrichant l’inconnu, le profil créatif va faire des découvertes qui dépasseront ce qu’il connait déjà. Les profils-créatifs sont souvent des pionniers, des innovateurs, des avant-gardistes. Ils foncent et n’ont pas peur de l’échec car, pour eux, échouer signifie apprendre pour mieux avancer.

Le risque, c’est que malgré cette absence de peur de l’échec, c’est pourtant lui qui en est le plus près ! Par manque de réflexion, il se ment à lui-même et court parfois à sa perte. Ainsi, le profil créatif peut avoir tendance à confondre courage et témérité.

Très souvent, il ne tient pas compte des sonnettes d’alarme. D’ailleurs, même s’il les entend, il n’y fait pas attention car elles le ralentiraient et ce qui le motive c’est de créer, vite et passer à nouveau projet. Parce qu’il a toujours plein d’idées en tête et dix mille choses à faire.

C’est également un profil épris de liberté, qui vit mal les contraintes. Or décider, c’est faire un choix. S’avoir s’adapter, être flexible. A l’écoute des autres non pas pour imposer son produit, mais créer celui qui conviendra.

L’entrepreneur opportuniste, je créé pour faire de l’argent !

Attention, rien de péjoratif la-dedans ! Ce profil sait reconnaître une opportunité lorsqu’il en voit une (d’où son nom). Et pour lui, ne pas la saisir serait un drame. On dit aussi qu’il a « le nez creux » pour les affaires.

Il anticipe et a souvent un temps d’avance sur les autres. Il est très à l’aise avec les chiffres, les ratios, les projections. C’est même là sa motivation principale. Bien plus que l’entreprise en elle-même finalement.

Il partage ce point avec le militant. Mais si comme ce dernier, le profil opportuniste voit l’entreprise uniquement comme un moyen, pour lui, elle ne sert pas une cause commune. Elle sert sa cause. Ce qui compte pour lui c’est d’en tirer un profit.

Le revers de la médaille pour le profil opportuniste, c’est le feu de paille. Parce qu’il n’assume pas toujours et se focalise uniquement sur le profit, il a  souvent une vision à court terme.

Il pratique aussi la politique de la « terre brûlée ». On agit vite et bien pour en retirer le maximum. Puis on passe à autre chose. Ponctuellement, sa stratégie peut être complexe, mais finalement, elle reste basique. Je viens, je fais un coup, je repars.

Mais parfois, le temps nécessaire pour obtenir le retour sur investissement sera plus long que prévu et le profil opportuniste s’impatientera. Selon lui, chaque seconde passée à défendre inutilement un projet pourrait être investie ailleurs.

C’est pourquoi les décisions qu’il est amené à prendre sont souvent tronquée ou faussée.

Conclusion : un pour tous, tous pour un !

Alors bien sûr, le descriptif est volontairement caricatural pour susciter l’interrogation. Et puis, nous ne sommes jamais un seul profil mais bien un mélange des quatre. Mais il peut parfois se dégager une certaine tendance pour l’un ou l’autre.

Reconnaître cette tendance, c’est prendre conscience de ses forces et de ses axes d’amélioration. Car cela peut avoir avoir un impact sur ce qui motive nos décisions, sur notre façon d’entreprendre, de communiquer.

 

C’est aussi comprendre que rien n’est définitif. Et que même une mauvaise habitude peut être changée. Avec de l’effort personnel, un soutien familial ou un accompagnement par un professionnel.

Il existe aussi des outils, des méthodes pour faire bouger les lignes. L’entrepreneuriat reste une aventure hors du commun et qui mérite d’être prise dans sa globalité : projet et entrepreneur.

Alors, après cette lecture, avez-vous une idée sur votre profil ?

Et si on en discutait ?

Que peut apporter le storytelling à votre entreprise ?

Plus de concurrence, moins de visibilité, une offre de valeur mal différenciée, une clientèle plus volatile et moins engagée. Pourtant, il existe une solution : le storytelling. Dans cet article, je vous donne 5 raisons d’utiliser cet outil dans votre communication d’entreprise.

Un polo défiant le temps qui passe

Lacoste a 86 ans cette année. La marque vient de diffuser une nouvelle publicité choc baptisé « Crocodile Inside ». J’aurai pu vous en parler. Mais j’ai plutôt souhaité revenir sur celle de 2017 : Timeless. Elle y exprime le temps qui passe mais qui n’a finalement eu aucune emprise sur la marque elle-même : Lacoste se veut éternel.

Bookstory : 97 exercices décalés pour prendre la parole

Que ce soit devant 1, 10 ou 1000 personnes, prendre la parole n’est jamais simple. Alors, lorsque je suis tombé sur ce livre « 97 exercices décalés pour prendre la parole », je me suis dit que ce n’était pas courant et qu’il fallait tester. Après un feuilletage rapide, je me suis dit voilà un truc original à lire. Et surtout à partager !

Les pires erreurs à ne plus commettre dans votre pitch

Après les 5 ingrédients indispensables à tout bon pitch, voici les erreurs qui desservent votre pitch et qui pourraient être évitées. En les faisant, vous décrédibilisez votre approche, et ce même si le plan choisi (quoi, pourquoi, comment et qui) est bon. Petit tour d’horizon de ces « effets qui tuent » pour vous aider à ne plus les faire !

Vendre des tomates et des carottes avec le storytelling…

Focus sur la pub qui a fait chavirer le cœur de beaucoup de françaises et français avec plus de 5 millions de vues sur YouTube. Intermarché signe là un coup majeur avec cette histoire d’amour qui tient davantage du court-métrage (3 minutes quand même) que d’une simple pub. La réussite de cette pub, c’est d’avoir su intégrer une belle histoire d’amour intergénérationnelle pour vendre des tomates et des carottes.

Peut-on déplacer des montagnes avec le nudge ?

Est-ce que le nudge, nouvelle révolution dans le domaine des sciences cognitives, peut-il modifier notre approche du marketing et de ces répercussions dans notre façon de faire du business ? C’est ce que le dernier livre d’Eric Singler « Nudge Marketing » voudrait nous faire penser. Info ou intox ? Revue de lecture et conclusion à suivre !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This